jump to navigation

poetry / French


 

MA  MORT  –  MA  VIE

        si  les  choses  ne  m’ avaient  pas

        si  furieusement  heurté

        peut – etre  je  ne  les  aurais  pas

        vues

        peut – etre  je  n’ aurais  jamais  payé

        pour  elles

        ma  tristesse – ma  joie

 

        il  m’ est  permis  parfois

        d’ apercevoir

        comment  le  Mal  et  le  Bien

        s’ assamblent

        et  de  leur  union  naît

        tout  ce  qui  existe

        ma  mort  –  ma  vie

 

        je  n’ aurais  jamais  trouvé

        le  chemin  vers  toi

        si  je  n’ avais  pas  profondément

        vainement  erré

        si  tant  de  nuits

        ne  m’ avaient  pas  aveuglé

        si  tant  de  ravages

        ne  m’ avaient  pas  caressé

 

        quelquefois

        au  milieu  de  la  tempete

        une  paix  profonde

                m’ envahit

        et  tandisque  je  suis  heurté

        déchiré,  écrasé

        je  peux  tranquillement  apercevoir

                ma  mort

                qui  nourrit

                tandrement

                ma  vie

 

CONFESSION  EN  DÉCEMBRE

        j’ ai  si  souvent  demandé  a  l’ autre

        de  regarder  les  choses  en  face

        mais  moi  je  m’en  suis  détourné

 

        toutes  mes  condamnations

        se  sont  traînées  devant  moi  des  années

        mais  je  n’ai  pas  voulu  les  suivre

        n’ai  pas  su  les  comprendre

        n’ai  pas  pu  les  apercevoir

        jusqu’ au  bout

 

                rien,

                jamais  je  n’ai  su  expier

                jusqu’ au  bout

 

        seule  la  jeunesse  passe

        seule  la  gaité  passe

        seule  la  vie  passe

        ma  culpabilité  demeure  entiere

 

                rien

                jamais  je  n’ ai  su  expier 

                jusqu’ au  bout

 

        j’ ai   toujours,  séverement  demandé  a  l’autre

        de  regarder  les  choses  en  face

        mais  moi  je  m’ en  suis  détourné

 

        et  maintenant  que  je  n’ attends  plus  rien

                mon  espoir

                est  plus  fort  que  jamais

 

 

QU’ ATTENDS  –  JE  ENCORE

        qu’ attends – je  encore

        maintenant

        quand

        je  n’ attends  plus  rien ?!

 

        j’ ai  envisagé  avec  attention

        toutes  mes  malformations

        toutes  mes  impuissances

 

        mon  malheur  entier

        aisément

        dans  mon  âme

        je  l’ ai  ramassé

 

        qu’ attends – je  encore ?

        les  ravages

        les  solitudes

        les  lourdes  hardes

        de  mon  indécision

        les  pourritures

        la  boue

        la  cendre

        la  confusion

        m’ ont  réchauffé

        m’ ont  étranglé

        m’ ont  flétri

        et  pourtant …

 

        et  pourtant

        maintenant

        lorsque

        je  n’ attends  plus  rien

        qu’ attends – je  encore ?!

 

 

NULLE  PART

        Je  ne  suis  nulle  part  présent

        et  de  nulle  part  m’ absente

 

        j’ ai  souvent  eu  envie  de  m’ aneantir

        sans  avoir  jamais  vraiment  vécu

 

        tout  pres  de  moi  l’ auguste  ortie  fleurit

        tout  pres  de  moi  de  brillants  avions 

                                                       décollent

 

        nulle  part  je  ne  fus condamné

        de  nulle  part  je  ne  peux  m’ évader

 

 

MA  VIE

        ma  vie  est  une  longue  série  de  pieces

        qui  ne  veulent – soudain – communiquer

        l’ une  avec  l’ autre

 

        ma  vie – une horloge

        réglée  jadis

        par  une  collegue  de  classe

 

        ma  vie – un  train  qui  traîne

        sans  retour

        sur  les  memes  vieux  rails …

 

        ma  vie – des  habits  de  marié

        déchirés  dans  les  salles  d’ attente

 

        …………………………………………….

 

        ma  vie – tentative  infinie

        de  récupérer

        ce  qu’ elle  n’ a  jamais  possédé

 

        ma  vie – ce  gout  paralysant

        de  cendre.

 

SOLANGE

        c’ est  elle  qui  éclaira  mon  chemin

        tandis  que  moi,  les  yeux  fermés,

                je  cherchais  craintivement  une  place

                pour  abriter  mes  yeux  de  la  lumiere

 

        c’ est  elle  encore  qui  me  dit

        le  jour  ou  je  me  suis  couché

                tres  calme  sur  les  rails

                que  je  commencerai  a  espérer

                juste  apres  la  mort  de  mes

                espoirs

 

        elle  est  ma  mere  et  ma  fille

        confins  et  infini

 

        elle  ne  cesse  pas

        d’ etre  absente

 

LA  COURONNE  D’ ÉPINES

        j’ aime  les  fissures  de  mon  ame

        euvers  lesquelles  j’éprouve

        tant  de  révolte

 

        sur  une  mélodie  jamais  entendue

        a  vie  et  a  mort

        passionément  je  danse.

 

ÉGARÉ

        un  peu  plus  faible  si  j’avais  été

        j’ aurais  tout  réussi

 

        un  peu  plus  fort  si  j’ avais  été

        depuis  longtemps  je  n’aurais  plus  été

 

        ce  n’ est  qu’ apres  t’ avoir  rencontrée

        que  j’ ai  commencé

        a  douter  de  ton  existence

 

 

 

UN  NOUVEAU  DÉBUT,  LE  VRAI  DÉBUT  PEUT – ETRE

dans  tes  yeux,  le  monde  me  semble  jeune

malade  et  jeune,  mourrant  et  jeune

toujours pret a s’ouvrir – spasmodiquement, douloureusement –

dans  la  beauté

 

la  neige  d’ hier  soir

        n’ est  qu’ un  fragile  bouclier

qui  couvre  l’incertitude

        l’ impatience  d’ etre.

 

MON  DÉSÉQUILIBRE  SOUTIENT

LE  FRAGILE  ÉQUILIBRE  DU  MONDE

        j’ ai  encore  revé

        qu’ au  seuil  du  bonheur

        je  me  seicidais

                et

        plus  triste  que  jamais

        dans  ma  vie

        de  nouveau  je  suis  entré

 

        toujours  plus  souvent

        je  me  promene

        parmi  les  ruines  de  mon  ame

        sans  oublier  d’ emmener

        ton  flacon  de  parfum

 

        sans  doute,  devant  tous

        poliment

        je  m’ efface

 

        et  tout  en  pietinant

        je  ne  cesse  pas  de  croire

        qu’ un  jour

        je  saurai  t’ etre  fidele

 

 

ELOGE  A  LA  VIE  ET  AUX  REVES

QUI  L’ ACCOMPAGNENT  JUSQU’ AU  BOUT

je  suis  entré  en  décomposition

et  je  fais  encore

des  projets

 

 

SEUL  AVEC  LA  MER

AU  SEUIL  DU  SOIR,  L’ AUTOMNE

reçois – moi,  reçois – moi,  reçois – moi

avec  toutes  mes  infamies

rien  ne  se  tient  plus  pres  de  moi

rien  ne  peut  plus  me  sauver

je  ne  trouve  nulle  part  ma  place  a  moi

mon  foyer

 

comme  un  pécheur  je  me  suis  rapproché 

                                                       des  choses

les  yeux  fermés

furieusement

je  m’ en  suis  rapproché

ô mon Dieu, mes  nuits, mes  déchirures

                                                       mes répulsions

m’ont  éloigné  de  ma  propre  chair  pécheresse

 

tout  pres  de  moi  quelqu’ un  pleure  doucement,

l’âme  percée, s’ accroche  aux  souvenirs

plus  rien  ne  se  tient  pres  de  moi

plus  rien  ne  peut  me  sauver

 

reçois – moi,  reçois – moi,  reçois – moi

que  Ta  volonté  s’ accomplisse

 

 

COMPAGNONNAGE

        apres  m’avoir  guéri

                j’ ai  découvert  combien  j’ étais  malade

       

        apres  ne  t’ avoir  plus  aimée

                j’ ai  eu  affreusement

                besoin  de  toi

 

        apres  ma  mort

                je  comprendrai  peut-etre

                tout

 

 

AUTOPORTRAIT

        tout  ce  que  je  pourrais  atteindre

        et  n’ atteins  pas

 

        tout  ce  que  je  pourrais  comprendre

        et  ne  comprends  pas

       

        tout  ce  que  je  pourrais  etre

        et  ne  suis  pas

 

 

MOI  AUSSI  JE  SUIS 

EMMA  BOVARY

        je  n’ aurais  jamais  osé

                venir  a  ta  rencontre

        si  je  m’ étais  vu

                tel  que  je  suis

 

 

PARMI  LES  BARREAUX  J’ APERÇOIS

L’ ÉCOULEMENT  FRAGILE  DU  DESTIN

        l’ hiver  n’ est  pas  tout  a  fait  venu

        que  le  printemps  s’ envole  déja

 

        je  n’ eus  pas  le  temps

        de  m’ approcher  de  toi

        car  tu  t’ es  déja  éloignée

        définitivement

 

        et  depuis  que  la  mort

        m’a  pris  tendrement  la  main

        j’ ai  commencé  a  vivre

 

 

C’ EST  MIEUX  QUE  TU  SOIS  LOIN

c’ est  mieux  que  tu  sois  loin

je  ne  t’ ai  pas  écrit  et  je  ne  t’ écrirai  jamais

les  médicaments  que  tu  m’ a  envoyés

je  les  ai  vite  changés  contre  un  cigare

 

parfois  je  me  souviens  de  toi

dans  les  plus  drôles  circonstances

parfois – pardi – je  ris  tout  seul  dans  la  rue

parfois  je  pourrais  meme  t’ atteindre

 

c’ est  mieux  que  tu  sois  loin

c’ est  mieux  que  je  n’ aie  plus  a  qui

        faire  des  aveux

– de  toute  façon,  ça   commençait  a  m’ irriter

        de  toujours  te  raconter  mes  histoires –

 

c’ est  mieux  que  tu  sois  loin

parfois  je  pense  a  toi

de  la  maniere  la  plus  étrange

je  me  rappelle  tout

je  me  rappelle  tout  ce  que  je  veux  de  toi

et  toujours  plus  souvent  j’ ai  honte  de  toi

 

oui,  oui,  c’ est  mieux  que  tu  m’ aies  abandonné

des  ma  naissance

 

 

TENTATIVE  DE  REPRÉSENTATION

        lorsque  tu  te  penches

        vers  moi

        vers  qui  te  penches-tu ?

 

        et  lorsque  tu  m’ attends

        longuement / lorsque  tu  m’ attends  comme

        ça

        avec  une  sorte  d’ espoir  désolé

 

        qui  attends-tu ?

 

 

TU  AS  OUVERT  EN  MOI  DES

PORTES  INFINIES

        en  meme  temps  que  toi

        tant  de  choses  sont  entrées

        dans  ma  chambre

 

        tu  me  touches

        et  tout  l’ univers  me  touche

        avec  toi

 

        mais  toi  seule

        tu  m’ abandonnes.

 

 

J’ ARRIVERAI  QUAND  JUSQU’ A  TOI ?

        j’ ai  ouvert  tant  de  portes

        de  lourds  rideaux  j’ ai  écartés

        nuits  et  jours  j’ ai  grimpé,  a  genoux

        mais  je  ne  suis  pas  arrivé

        jusqu’ a  toi

 

        maintenant  on  est  ensemble

        mains  dans  les  mains

        je  regarde  tes  yeux

        en  larmes

        et  je  me  demande :

        j’ arriverai  quand

        jusqu’ a  toi ?

 

 

LE  SUICIDE  D’ APRES  LE  SUICIDE

 

        la  café  d’ apres  le  café

        la  cigarette  d’ apres  la  cigarette

        l’ insomnie  d’ apres  l’ insomnie

        et  l’ espoir  caché  derriere  le  désespoir

        voila  mes  allégements

 

        j’ écarte  de  lourds  rideaux

        et  des  rideaux  infinis

        devant  moi  s’ étalent

 

        blanc,  blanc,  beaucoup  de  blanc

        beaucoup  de  blanc  a  noirci

                        ma  soif  de  blanc

 

        le  café  d’ apres  le  café

        la  cigarette  d’ apres  la  cigarette

        et  la  tentative  de  ne  pas  apercevoir

        les  haillons  déchirés  du  monde

 

 

HISTOIRE  SANS  FIN

bien  tard  j’ ai  appris  a  t’ aimer

– je  t’ avais  toujours  aimée !

bien  tard  je  me  suis  rapproché  de  toi

– pres  de  toi  j’ avais  été  des  années !

 

je  te  serrais  dans  mes  bras  avec  ardeur

c’ étais  toi  qui  m’ accompagnais  un  peu  partout

mon  coeur  battait  sur  tous  les  radars

mais  ton  etre  secret  se  fanait

 

ton  sourire  diaphane  se  fanait

ta  douceur  me  paraissait, soudain, de  la  révolte

J’ ai  appris  a  t’ aimer  tellement  tard

tellement  tard  je  me  suis  rapproché  de  toi.

 

 

 

ÉCROULEMENT  INFINI

                parfois

                je  me  sens

                tellement  étranger

                que  tout  ce  qui  existe

                   me  paraît  éloigné

 

                je  voudrais  alors

                   envoyer

                de  longs  poemes

                   mélodieux

                   a  une  adresse

                   inexistente

 

                parfois

                je  me  sens

                tellement  étranger

                que  je  vois,

                pousser  l’ herbe

                sur  mes  os

 

 

LA  LOI  QUE  J’ AFFIRME

                O, que  je  voudrais  me  sauver

                m’ enfuir  hébétement

                somnambuliquement

                m’ évader

                écraser

                cette  toile  d’ araignée

                de  la  vie

                et  de  la  mort

       

                lorsqu’ on  m’a  donné

                on  m’ a  volé

                et  je  n’ ai  pas  encore  trouvé

                la  loi  –  meme

                que  j’ affirme

 

                je  me  heurte  humblement

                sagement

                des  memes  portes  étrangeres

                que  je  touche

                d’ un  amour  fraternel

 

                heureux  je  suis

                heureux  je  m’ enveloppe

                dans  cette  toile  d’ araignée

                de  la  vie  et  de  la  mort

 

 

TES  LARMES  DU  TEMPS  JADIS

        altérés,  désordonnés

        les  souvenirs  changent  d’ atours

                        chaque  saison  davantage

 

        mais  au  fil  des  ans

        je  me  rappelle  tout

                        comme  si  c’ était  hier

 

        maintenant  je  pourrais  meme  toucher

                        tes  larmes  du  temps  jadis

 

 

ALLONS,  JE  SUIS  PRET

je  n’ ai  pas  encore  démelé  les  apparences  du  monde

– je  suis  pret,  je  suis  pret  a  mourir –

et  la  lune,  calme,  ne  m’ a  pas  encore  conseillé

– allons,  allons  sans  d’ autres  mots –

 

je  n’ ai  pas  eu  le  temps  de  passer  une  nuit  avec  toi

– allons,  je  suis  pret,  je  suis  pret –

ma  fenetre  restera  ouverte  dans  la  nuit

et  le  destin  peut-etre  me  rendra-t-il  visite

        apres  mon  départ  si  pressé

 

je  porte  un  monde  glissant  sur  mes  épaules

les  confins  incertains  de  l’ amour  et  de  la  haine

ne  se  sont  pas  séparés

tout  au-dessus  de  moi  un  doux  étonnement  s’ acharne

– je  suis  pret,  je  suis  pret  a  mourir ! –

 

 

JE  ME  CACHE,  INDÉCIS  ET  SOUMIS

                dans  ma  vie  je  me  cache

                de  cette  vie  mienne

                et  je  m’ enfonce  dans  du  noir

                  en  pleine  lumiere

 

                je  me  cache, je  m’ abrite

                  soumis, indécis   

                  je  fais  semblant,

                  je  plonge

                  parfois

                  quelqu’ un  pleure

                  tout  au  bout  de

                  mon  reve

                  pour  qui ?

                  pour  quoi ?

 

 

APRES  DE  LONGUES  TRAQUES

quelquefois  je  ne  peux  plus  me  cacher

et  suis  forcé  de  me  regarder  droit  dans  les  yeux

brutalement

 

la  cigarette  ne  m’ aide  plus

la  reverie  ne  m’ aide  plus

seules  les  feuilles  de  l’ automne

semblent  décidées

a  ne  pas  me  quitter

 

quelquefois,  apres  de  longues  traques

je  me  trouve  piégé,  déconspiré,  humilié

                rien  ne  me  sauve  plus

                rien  ne  veut  plus

                se  tenir  pres  de  moi

 

des  murailles  incléments 

m’ accueillent  partout

je  rencontre  partout

brusquement

        mon  visage

 

 

CENDRE  ET  POUSSIERE

 

                                 “ Y  a-t-il  un  ver  caché  dans  l’ Univers “

                                                                       ( C.  Noica )

 

                    meme  si  les  choses  sont  souillées

                je  m’ étonne  de  voir

                qu’ elles  ne  cessent  pas  de  se  salir

 

                personne  ne  s’ arrete

                personne  ne  s’ avance

 

                naguere

                bien  pres  de  moi  passa  un  son  tres  clair

 

                ceux  qui  l’ entendent  encore

                se  hâtent

                de  l’ oublier

 

HORS  LA  LOI

                si  j’ avais  pris  garde

                a  toutes  les  instructions

                je  ne  serais  pas  arrivé

                        jusqu’ a  toi

 

                ……………………………..

 

                hors  la  loi

                je  t’ ai  aimée

                hors  les  lois

                j’ ai  respiré

 

                hors  la  loi

                j’ éclate  en  sanglots

 

 

SANS  RETOUR

                comme  elles  sont  douces  et  accueillantes

                les  choses

                aussi  longtemps

                qu’ elles  ne  t’ ont  pas  sauté  au  cou

 

                comme  il  est  plein  de  lait

                le  sein

                aussi  longtemps

                que  tu  le  vois  comme  tel

 

                et  en  vermeil  –  les  sentiers

                tant  qu’on  n’ a  pas  encore  fait

                le  premier  pas

 

                douces  et  accueillantes

                sont  les  choses

                tant  que  tu  crois

                qu’ il  y  a  de  retour

 

 

TES  MAINS  –  MES  AILES

                j´ai  revé  souvent  a  tes  mains

                te  mains

                ont  effleuré  mon  destin

 

                tes  mains

                m´ont  conduit

                dans  les  batailles  les  plus  étranges

                avec  tes  mains  j´ai  causé

                jusqu´au  coeur  de  la  nuit

 

                un  secret  paradis

                sont-elles  pour  moi

                tes  mains

 

                maintenant

                tes  mains  reposent  tranquilles

                sur  mon  front

                comme  sur  ma 

tombe

 

 

QUESTION

                                           “ que  tu  ne  boives  pas  des  eaux  de  la  mort “

                                                                                                              (  Saint  Antoine  le  Grand )

 

                nettoyons  l’ endroit

        et  ensuite

        attendons  tres  sages

 

        s’ arretera-t-elle

        un  jour

        bien  pres  de  nous

        la  Beauté ?

 

FOU  DE  TOI

        sur  cette  mélodie

        je  pourrais  devenir  fou

 

        tu  m’ emmenes

        si  pres  de  moi

        que  je  suffoque

        – si  quelqu’ un  me  regardait  maintenant

                        droit  dans  les  yeux,

        il  resterait  aveugle –

 

        sur  cette  mélodie

        tu  me  paraîs  géante

                        intangible,

        sur  cette  mélodie

        n’ importe  qui  pourrait  t’ aimer

 

        sur  cette  mélodie

        je  fais  le  signe  de  la  croix

                        et …

 

 

CHANSON  POUR  LES  YEUX  DE  MA  BIEN-AIMEE

         ton  regard  allume  ma  cigarette

        ton  regard  fait  mes  devoirs  d’ écolier

        ton  regard  me  fait  heurter  contre  moi-meme

        comme  a  un  passant  inconnu

 

        ton  regard  jette

        mes  parents  dans  l’ hopital

 

        ton  regard:

                l’ absence  de  mon  corps

        de  toutes  les  maisons  du  monde

 

L’ ANCIENNE  CICATRICE

        malgré  tout  mon  désir  d’ oublier

        de  m’ échapper

        et  de  franchir  ton  image

        je  n’ ai  pas  réussi

 

        quoique  je  regarde

        et  quoique  je  fasse

        j’ ai  toujours  devant  moi

        le  meme  tableau

        le  meme  désespoir

                aux  yeux  de  chat

 

 

ALLANT  A  TATONS,  L’ AUTOMNE,

 COMME  TOUJOURS

comme  d’ un  tunnel  souterrain  je  sortis

lorsque  les  fleurs  de  l’ automne  m’ ont  averti

c’est  drole, mais  c’est  l’automne  qui  me  rappelle  toujours  tes  yeux

mes  pas  chancelants

tout  d’ un  coup  redressant

 

loin  loin  on  entend  une  chanson

que  j’ ai  jadis  chevrotée :

“ automne,  automne,  pourquoi  troubles – tu

si  profondément

les  sentiers  de  ton  fidele ? … “

 

me  voila,  apaisé,  rassuré

exaltant  mes  hésitations

jusqu’ a  en  faire  le  principe  fondamental  du  monde

 

tu  es  la

on  est  main  dans  la  main

meme  si  tu  n’ as  pas  de  voix

meme  si  tu  n’ existes  pas …

                pourquoi  troubles – tu  si  profondément

                        les  sentiers  de  ton  fidele ?

 

 

 


        LORSQU’ ON  N’ A  RIEN  A  OFFRIR

 

        il  y  a  quelqu’ un  qui  appelle

                et  personne  ne  lui  répond

 

        rien  ne  vas  pas

        rien  ne  s’ accomplit  pas

        rien  ne  te  retient  plus

        rien  ne  t’ arrete  plus

 

        tu  voudrais  sortir  de  la  maison

        et,  monté  sur  la  statue  de  la  place  centrale,

        tu  voudrais  parler  a  tes  semblables

                – leur  dire  quoi ?

                  quoi  de  neuf ? –

 

        vers  le  soir,  apaisé

        tu  disparais  dans  la  foule

        tu  ne  marches  pas,  tu  glisses  seullement

        tu  te  laisses  pousser,  repousser

        tu  t’ en  fous.

 

        …………………………………………

 

        apres  tout

        avant  de  se  passer,

        elle  est  finie, ta  vie !

 

 

AINSI  SOIT – IL

                je  n’ ai  pas  été

                tu  n’ as  pas  été

                et  nous  ne  serons  jamais

 

                peut – etre  du  moins  ce  clair  instant

                ou  se  réveille  le  néant  en  nous

                ne  neigera-t-il  pas  en  vain

                sur  nos  tombes

 

LETTRE  AU  GRÉ  DES  VENTS,

QUAND  IL  FAIT  MAUVAIS

        m’ enfuir,  rompre  les  chaînes

        écraser  cette  mort

        qui  m’ a  si  bien  enveloppé

        arriver  jusqu’ a  toi

                ma  princesse,  ma  princesse

 

        j’ étais  en  train  de  regarder  au  loin

        je  croyais  encore  que  tout  m’ appartenait

        j’ étais  encore  tellement  fier

        tellement  heureux  de  te  rencontrer

        de  te  toucher

        lorsque  j’ai  déja  entendu

        mes  chevaux  hennir

        dans  l’ autre  monde

 

        je  me  préparais  encore  a  t’ accueillir

        je  pendais  encore  devant  mon  vieux  miroir

        lorsqu’ on  m’ a  dit  que  tu  étais  partie

                ma  princesse,  ma  princesse

 

        que  je  puisse  arriver  jusqu’ a  toi,

        aujourd’ hui,  quand  tu  es  partie

        que  je  puisse  t’ embrasser !

        mais  la  mort  m’ a  déja  si  tendrement  enchaîné

        que  j’ ai  honte  meme  de  pleurer

                ma  princesse,  ma  princesse

 

 

PARDONNE – MOI

                        si  mon  déchirement

                        t’ effleure

                        pardonne – moi !

 

 

HYPERTENSION

le  sang  dans  les  arteres  coule  sagement

le  style  est  clair  et  bien  obéissant

le  noyer  porte  des  noix  et  le  pommier  des  pommes

le  sang  dans  les  arteres  coule  sagement

 

mais – immotivé ? – le  pouls  devient  fou

la  plume  brule,  trompe  et  blaspheme

le  noyer  porte  des  pommes  et  le  pommier  des  noix

hasard,  absurdité,  chimere,  désarroi.

 

 

IL  EST  SANS  BORNES,  L’ ÉCROULEMENT

        j’ ai  eu  honte

        et  je   ne  t’ ai  jamais  écrit

        ni  jamais  cru

        que  je  pourrais  t’ atteindre

 

        il  y  avait  des  signes  qui  te  prédisaient

        et  te  cachaient  a  la  fois

 

        m’ en  aller  ou

        hors  de  moi ?

 

        ce  n’ est  que  sur  mes  chemins

        déchirés,  ensanglantés,

        ce  n’ est  que  dans  mes  pas

        incertains,  chancelants

        ce  n’ est  que  dans  le  geste  indécis

        ce  n’ est  que  dans  le  sourire  crispé

        et  instable

        ce  n’ est  que  dans  le  frémissement  et  le  murmure

        que  je  me  sens  a  l’ aise

 

        tout  aussi  triste

        au  bout  du  siecle

        qu’ a  la  Genese

 

DÉFINITIVEMENT

        dans  les  profondeurs

        parfois  je  descends

        en  toute  confiance

        mystérieusement

        défiguré

 

        au-dehors – que  tout  s’ écroule !

        au-dehors – que  les  malédictions  s’ accomplissent !

 

            les  yeux  fermés

        j’ enfonce  les  ongles

        au  coeur  dur  des  choses  entrevues

 

        trandisque  des  hordes  barbares

        tuent  mes  fils

        qui  ne  sont  pas  nés

        dans  la  religion  de  mon  sang

 

        des  bras  puissants  poussent  de  mes  faibles  bras

        des  ongles  durs  jaillissent  de  mes  ongles

        un  coeur  léger  s’ abrite  dans  mon  coeur  lourd

        en  confiance, en  toute  confiance  je  marche  et  j’ai

        les  mains  pleines  des  choses  entrevues

        ……………………………………………………………………

        maintenant  je  me  promene  dans  cette  ville

        de  ma  jeunesse  dévastée

 

        les  mains  vides,  troublé

        je  marche  d’ un  pas  léger  comme  si  je  marchais

        sur  l’ herbe  de  mon  tombeau

 

 

ELEGIE

                                          “ Il  pleure, cet  homme, droit  comme  un  arbre “

                                                                                                              (  M.  Robescu )

 

                               aucune  nouvelle  n’ arrive

                a  la  maison  du  malaimé

 

                inconstants

                les  fruits  du  monde  ne  le  nourrissent  plus

                ses  pas  sont  toujours  plus  loin

                de  tout  ce  qui  existe

                et  dans  l’ eau  de  la  mélancolie

                son  frere  suicidaire  se  fait  voir

                encore  plus  triste

                plus  dégouté

 

                des  horloges  cassées  sonnent  dans  son  ame

                et

                désespéré

                dans  la  lumiere  de  l’ espoir  il  traîne

 

                mince

                mince

                ce  fil  qui  me  rattache

                a  ma  vie

 

 

IL  Y  A  DES  OPPRESSIONS  QUI

NE  FINISSENT  JAMAIS

                ce  gant

                qu’ on  m’ a  jeté

                il  y  a  longtemps

 

                chaque  jour

                je  le  releve

 

 

TOUJOURS  AUTRE  CHOSE

toujours,  toujours  autre  chose

est  plus  importante

que  ma  vie

 

les  rendez – vous  ratés  avec  moi – meme

                tout  autant  de  regrets

                tout  autant  d’ euphories

me  sont – ils

et

la  mort  dans  les  bras

loin  loin  ma  mort  s’ en  va

 

toujours  autre  chose  me  ravit

me  voile,  me  perd

je  me  transforme  toujours  en  autre  chose

et  tout  ce  qu’ il  y  a  de  plus  profond  dans  ce  monde

d’ un  autre  monde

semble  venir

 

 

SALUT  ILLUSOIRE

                longtemps  j’ ai  cru

                qu’ il  suffisait – au  temps  de  tempete –

                de  tenir  simplement  le  bon  chemin

 

                mais  quand  on  voit

                a  coté

                des  tendresses  étouffantes

                foulées  aux  pieds

                on  ne  croit  plus

                qu’ on  puisse  se  sauver  soi – meme

 

 

SOUDAIN,  L’ INFINI  NOUS  PERMET 

DE  LE  (PRE)SENTIR

entre  moi  et  celui  qui  pourrait  t’ aimer

Dieu  lui – meme  surgit  quelquefois

 

d’ étranges  choses

noircissent  le  visage  du  monde

 

entre  moi  et  celui  qui  court  vers  toi

l’ air  se  tient  immobile  et  premonitoire

( des  brumes  montent  et  descendent

 – je  ne  veux  pas  atteindre

   ce  que  j’ aperçois ! )

 

entre  nous,  les  morts  et  les  vivants  passent  leur  temps  ensemble

et  le  monde  attend  encore  une  fois

sa  création

 

entre  moi  et  celui  qu’ aurait  pu  t’ aimer

tu  passes  a  peine

tu  respires  a  peine

tu  as  le  beau  visage  du  souvenir

 

 

LA  POÉSIE,  EN  DÉCEMBRE

                beaucoup  plus  étouffant

                est  le  monde

                en  décembre

 

                le  suicide  se  promene  dans  la  rue

                encore  plus  provocant

 

                si  j’ échappe  a  cet  hiver  aussi

                a  cette  maladie  aussi

                a  cette  mort  aussi

 

                l’ été  prochain – je  le  sais  bien –

                je  languirai  apres  décembre

 

COMME  SI

        parmis  les  pins  de  la  confiance

        parmi  les  mauvaises  herbes  de  l’ espoir

        et  parmi  tes  effrois  profondément  prémonitoires

        je  passe  encore

 

        l’ aboiement  des  chiens  accompagnait

        nos  rencontres

        chardons  et  orties

        se  seraient  fanés

        si  je  n’ étais

        si  tu  n’ étais

 

        rien  n’ est  pas  mort

        dans  mes  reves

        et  les  choses  prolongent  leur  existence

        comme  si …

 

 

RIEN  DE  PLUS  HAUT  SOUS  LE  SOLEIL

        apres  Napoléon,  Stavrogine  et  Mujchkine

        personne  n’ est  plus  venu  au  monde

        et  nous,  les  infirmes,  le  livre  sur  les  genoux

        nous  souillons  les  pages  avec  nos  larmes

 

        allez,  chantez – moi   cette  vieille  chanson

        pour  me  faire  oublier  ma  faiblaisse

        pour  me  faire  oublier  les  trous  dans  lesquels

        je  suis  religieusement  entré

        comme  dans  de  saintes  monasteres

 

        chantez – moi  cette  vieille  chanson

        pour  me  faire  oublier  mes  infamies

        pour  me  faire  oublier,  une  fois  pour  toutes

        que  je  suis  né !

 

 

SI  HÖLDERLIN  ARRIVE

        il  y  a  des  jours

        ou  la  mélancolie  triomphe

        et

        par – dela  tous  les  éthers

        l’ enfance  s’ étale

        ravageusement

 

        si  Hölderlin  arrive

        le  ciel  fera  sortir  de  tendres  mots

        de  résurrection

 

        ( l’ oeil  de  l’ aiguille  sera  fermé  a  jamais

        et  le  train  ne  passera  plus

        sur  mon  cou )

 

        si  Hölderlin  arrive

        on  n’ entendra  que  des  cloches  sonner  au  loin

        et  des  voix  d’ enfants  chanteront  de  tout  coeur

 

        les  apparences  feront  surgir  leur  visage  caché

        et  tout  ce  qui  n’ est  pas  encore  né

        viendra  au  monde

        si  Hölderlin  arrive

 

 

L’ IMPITOYABLE  ACIER  DE  L’ UTOPIE

        j’ ai  toujours  cru

        que  je  pouvais  revenir

 

        de  lourds  bateaux  coulaient  a  fendre  le  coeur

        et  je  croyais  encore

        que  je  pouvais  revenir

 

        le  monde  me  tournait  le  dos

        le  jour  et  la  nuit  m’ étaient  égales

        l’ amer  et  le  doux  me  semblaient  les  memes

 

        ma  mere  m’ avait  depuis  longtemps  enterré

        dans  ses  larmes

        mais  je  m’ acharnais  a  croire

        qu’ il  y  a  un  retour

 

        avec  les  dernieres  forces

        je  foulais  aux  pieds  les  dernieres  forces

        les  ailes  et  le  corps  bourrés  de  fleches

 

        je  croyais  toujours

        qu’ il  y  a  un  retour

 

        je  m’ éloignais

        je  m’ éloignais  tout  en  tremblant  de  colere

        je  m’ éloigne

        hanté

        répétant

        que  je  peux  encore  que  je  peux  encore  revenir

 

 

 

 

 

 

Comentarii»

No comments yet — be the first.

Lasă un răspuns

Completează mai jos detaliile tale sau dă clic pe un icon pentru a te autentifica:

Logo WordPress.com

Comentezi folosind contul tău WordPress.com. Dezautentificare / Schimbă )

Poză Twitter

Comentezi folosind contul tău Twitter. Dezautentificare / Schimbă )

Fotografie Facebook

Comentezi folosind contul tău Facebook. Dezautentificare / Schimbă )

Fotografie Google+

Comentezi folosind contul tău Google+. Dezautentificare / Schimbă )

Conectare la %s

%d blogeri au apreciat asta: